French Cinema

L’ image et le mot…

Lacombe Lucien, 1974 – Trailer

 

“Plot Synopsis by Tana HobartWith a superb music score by Django Reinhardt, this is a Louis Malle film about the German occupation of France. Based on his own experiences in France during the occupation, Malle’s film does not paint a pretty picture of the French Resistance and eventually he emigrated to America because of the critical reaction to this film. Essentially the tale of a young boy who wants to join the Resistance but is shunned by them because of his youth, he joins the Gestapo. Unfortunately, he then falls in love with a young Jewish girl. Push comes to shove and he suddenly has the unsympathetic Resistance and the Gestapo hot on his trail. Not a pretty picture of either side”.

 

 

January 29, 2008 Posted by | L'Occupation au Cinéma, Les Années '70 | , , , , | Leave a comment

L’ Année Dernière à Marienbad – Alain Resnais – 1961

 

Six scenes from Resnais’ masterpiece from 1961 . A genuinely original film, showing the true potential of cinema, a challenge few since have had the courage to follow. In a huge, old-fashioned luxury hotel a stranger tries to persuade a married woman to run away with him, but it seems she hardly remembers the affair they may have had (or not?) last year at Marienbad.

 

 

Source: Dailymotion 

January 29, 2008 Posted by | Fantastique, Les Années '60 | , , , | Leave a comment

LA BATAILLE DU RAIL – L’ARAIGNÉE

 

 

Chef-d’œuvre de René Clément (1945). Musique : Yves Baudrier. Grand prix de la Mise en scène et prix du Jury du Festival de Cannes 1946.     

 

Un monument du cinéma français de l’immédiat après-guerre. Ce qu’on appellerait aujourd’hui un « docu-fiction », montrant et expliquant l’action des cheminots résistants pendant l’Occupation. En 1944, d’ailleurs, « cheminot résistant » devient un pléonasme : personnel roulant, aiguilleurs, chefs de gare, ouvriers, cadres, ingénieurs, presque dans leur intégralité, multiplient les actions de sabotage, de destruction et de retardement des trains allemands, au péril de leur vie, ce qui sera d’une aide précieuse aux Alliés aux cours des combats de la Libération.La distribution comprend une star, invisible, Charles Boyer (le récitant), mais peu d’acteurs professionnels. Les autres sont des cheminots jouant leur propre rôle et des prisonniers allemands. La SNCF a engagé des moyens énormes, prêtant, voire sacrifiant un important matériel au profit de la production.La scène majeure : l’exécution de six otages pris au hasard dans la gare après une série de sabotages. Comme le dit le récitant, « ici s’efface le pouvoir des mots ».

Source: Dailymotion     

January 29, 2008 Posted by | Documentaire Historique, L'Occupation au Cinéma, Les Années '40 | , , , , | Leave a comment